Si vous travaillez dans les services d’interconnexion de data centers (DCI), les opportunités devraient commencer à se présenter. Et ce, grâce à la croissance que connaissent actuellement les opérateurs de data centers (DCO), tant en termes de taille que de portée.

Quand on considère les data centers à travers le monde, ce sont des DCO, comme Equinix et Telecity, qui représentent le groupe le plus important (> 50 %). C’est une part importante du marché, qui devrait continuer à croître à mesure que les prestataires de services de communication (CSP) vendront leurs actifs de data centers aux DCO.

Source : Ovum Global Data Center Analyzer T2-16

 

Les DCO, également appelés prestataires indépendants de l’opérateur (CNP), ont pour activité la vente d’espace central, d’alimentation et de répartition aux entreprises souhaitant déployer leurs ressources informatiques en dehors de leurs data centers privés. D’un point de vue DCI, le défi pour les CNP est le temps qu’il faut aux prestataires de services gérés (MSP) pour fournir une connectivité : souvent, plusieurs mois. Pour chaque mois supplémentaire qu’un MSP prend à déployer des services DCI, les CNP peuvent perdre des centaines de milliers de dollars de revenus.

Les défis actuels face à la DCI régionale

Les DCO sont confrontés à plusieurs défis pour proposer des services DCI sur l’ensemble des zones métropolitaines, avec des réseaux classiques fonctionnant à 1 Gbit/s ou moins, souvent basés sur IP/MPLS.

Par exemple, si une entreprise dans le DC 1 souhaite sauvegarder 3 térabits de contenu (la sauvegarde quotidienne classique d’une grande entreprise) vers un DC régional dans une autre zone métropolitaine, cela lui prendra plus de 8 heures, à des débits inférieurs à 1 Gbit/s. Ce genre de délai pose des problèmes, car les données de l’entreprise continuent de changer même pendant la sauvegarde. Avant que la sauvegarde quotidienne se termine, les données du client seront déjà obsolètes.

Alors, comment faire face aux limites des réseaux DCI actuels, basés sur IP ?

En utilisant un service de matrice d’interconnexion de data centers, nous pouvons optimiser nos réseaux pour satisfaire aux exigences des DCI en matière d’applications à hautes performances. Un service de matrice d’interconnexion de data centers offre :

  • une connectivité assurée entre toute paire de data centers sur la matrice, qu’ils soient sur le même réseau métropolitain ou non ;
  • une connectivité directe vers différents services cloud publics, tels Google, Microsoft ou Amazon ;
  • une mise en place rapide du service, en quelques jours ;
  • une bande passante à la demande à partir de 1, 10, 40 et 100 Gbit/s et
  • un faible délai de transit ainsi qu’un chiffrement à la volée pour répondre aux préoccupations liées aux performances et à la sécurité.

Avantages pour les DCO et les entreprises

En recourant à un service de matrice d’interconnexion de data centers, les DCO voient s’accélérer leurs bénéfices. Les besoins de connectivité de leurs clients peuvent être satisfaits en quelques jours, un délai qui correspond au mandat interne des DCO pour la mise en service de nouvelles capacités d’espace central, d’alimentation et de répartition en centre de données.

De plus, une bande passante à la demande peut à présent permettre de nouveaux services de data center agiles qui ont uniquement besoin de capacités DCI périodiques, telles que la continuité des opérations et la reprise après sinistre, ou encore ou encore l’exemple de migration des données vers le cloud public mentionné précédemment.

Applications majeures de la matrice d’interconnexion de data centers

Les DCO veulent aussi que leurs clients puissent accéder à leur connectivité via un portail en libre service, où des services de DCI évolutifs peuvent être activés à la demande pour répondre à des applications à court terme, telles que la copie de sauvegarde des données, la reprise après sinistre ou la migration des données. Ces applications DCI exigent les caractéristiques de haut débit et de faible délai de transit qu’offre la matrice d’interconnexion de data centers :

  • Sauvegarde des données hors site – Ceci comprend une bande passante élevée pour les copies de sauvegarde récurrentes aux heures creuses et le trafic de réplication du stockage des données active-active.
  • Reprise après sinistre – Après un sinistre, une entreprise doit transférer tout son contenu à partir de son site de sauvegarde vers son environnement de production. Comme dans la migration des données, ce contenu peut atteindre plusieurs dizaines de térabits et nécessite un réseau DCI à haut débit et hautes performances pour restaurer les données du client.
  • Migration des données – À mesure que les entreprises déplacent de plus en plus leurs ressources informatiques vers les data centers du cloud, elles ont besoin de faire migrer initialement l’intégralité de leurs bases de données. Pour une grande entreprise, il peut s’agir de dizaines de térabits : avec des liaisons sous 1 Gbit/s, il faudrait des semaines pour télécharger une telle quantité de contenu. En profitant d’une connexion à la demande de 10 Gbit/s (ou plus) via une matrice d’interconnexion de data center, cette durée peut être réduite à moins d’une heure.

En résumé

L’adoption par les entreprises du passage de leurs ressources informatiques vers des clouds publics et partagés ne fait que commencer. À mesure que cette tendance s’accélérera, la connectivité DCI en provenance des data centers d’entreprise et entre les data centers du cloud augmentera proportionnellement. Ainsi, pour satisfaire à ces besoins, les DCO doivent assurer un service DCI offrant la flexibilité maximale requise pour transférer les données vers les data centers du cloud, permettre un dimensionnement rapide des services DCI en l’espace de quelques jours et fournir une connectivité à la demande.