Malgré toute l’innovation « agile » accomplie sur les réseaux optiques ces dix dernières années, autour d’augmentations massives de capacité avec des composants optiques cohérents réglables, des ROADM reconfigurables flexibles et un plan de contrôle multicouche, on peut argumenter que les réseaux optiques sont toujours construits de la même manière qu’ils l’ont toujours été.

Les réseaux optiques actuels sont toujours essentiellement rigides et statiques. Ils sont conçus depuis le départ pour s’adapter aux meilleures prévisions de pire scénario des planificateurs de réseau : les pires demandes de A à Z, les pires SLA, des pires conditions de remplissage du système… vous saisissez l’idée conductrice.

 

Bien entendu, cela engendre d’importantes inefficacités et un gaspillage des investissements dans les réseaux optiques, en raison de la sous-utilisation des équipements et de la rare utilisation de la pleine capacité.  Néanmoins, une sous-estimation de la demande entraîne le risque de ne pas pouvoir accueillir les pics de trafic et de devoir gérer des déploiements non planifiés, longs et complexes.

À ce jour, les opérateurs ont été contraints à ce mode d’exploitation car ils manquent de données en temps réel concernant leur réseau, ils n’ont pas les analyses ni les outils logiciels adaptés, ni la visibilité nécessaire pour faire les choses différemment. Ils doivent mettre en œuvre un type d’approche consistant à « installer et ne plus y penser » parce qu’il est tout simplement trop complexe et trop lourd en termes de main d’œuvre d’effectuer des changements sur les longueurs d’onde déployées sur l’ensemble du cycle de vie du réseau.

Par essence, Liquid Spectrum est le recueil et l’usage de la marge disponible dans le système (une variable fluctuante au cours de la vie du réseau) afin d’atteindre une capacité optique à la demande, une meilleure portée sur un canal spécifique ou une meilleure disponibilité des services.

Aujourd’hui, nous entrons dans une nouvelle ère avec l’introduction de Liquid Spectrum de Ciena, qui modifie la façon dont les réseaux optiques sont conçus, exploités et monétisés.  Par essence, Liquid Spectrum est le recueil et l’usage de la marge disponible dans le système (une variable fluctuante au cours de la vie du réseau) afin d’atteindre une capacité optique à la demande, une meilleure portée sur un canal spécifique ou une meilleure disponibilité des services.

Liquid Spectrum combine des éléments matériels hautement automatisés et programmables à des applications logicielles de pointe afin d’aider les opérateurs à extraire le plus de valeur possible de leur réseau, d’évoluer massivement vers un coût par bit le plus bas et de monétiser pleinement les ressources de leur réseau : le tout en utilisant des API et interfaces standard pour prendre en charge les besoins des clients en architecture ouverte et accessible.

Liquid Spectrum : un puzzle qui a pris forme en plusieurs années

Même si nous dévoilons Liquid Spectrum aujourd’hui, nous œuvrons à la concrétisation du concept d’un réseau optique défini par logiciel et programmable depuis de nombreuses années. De fait, nombreuses sont nos innovations majeures en matière de produits et de technologies dévoilées au cours de dernières années qui sont des pièces dans la solution plus large de Liquid Spectrum.

Ces différentes pièces du puzzle peuvent être regroupées en deux grandes catégories : du matériel programmable et des logiciels de pointe.  Le logiciel extrait la complexité associée à des technologies flexibles de pointe et une liaison optique conçue pour que les opérateurs puissent désormais exploiter les technologies de nouvelle génération et utiliser leurs réseaux de façon beaucoup plus dynamique.

Sur le plan des équipements matériels, Liquid Spectrum comprend :

  • Nos composants optiques cohérents WaveLogic Ai permettant d’obtenir une capacité adaptable.
  • Notre système WaveLogic Photonics permettant de disposer d’une couche photonique, reconfigurable à grille flexible prenant en charge toutes les combinaisons de flexibilité sans couleur, sans direction et sans conflit.
  • Une adaptation efficace des services clients à la capacité de ligne par le biais de l’architecture de plate-forme flexible des 6500 et Waveserver.

Sur le plan des logiciels, Liquid Spectrum comprend :

  • Blue Planet MCP afin d’unifier la gestion, le contrôle et la planification des services et du réseau à travers une seule interface.
  • De nouvelles applications logicielles Liquid Spectrum permettant aux opérateurs de dégager plus de valeur à partir de leur réseau. Dès le déploiement initial des applications, cette valeur peut provenir d’une visibilité en temps réel sur les performances du réseau permettant une optimisation proactive du système (Performance Meter), une manière beaucoup plus simple et rapide de mettre en service les longueurs d’onde (Bandwidth Optimizer), une disponibilité accrue des services (Liquid Restoration) et l’automatisation du dimensionnement des services sur les réseaux à équipements multiples (Wave-Line Synchronizer).
  • Des API ouvertes et des modèles de données modernes permettant des meilleures mesures et une meilleure télémétrie du réseau en temps réel.

Cohérence dans un environnement en constante mutation

Toutes ces pièces du puzzle se réunissent pour simplifier de manière drastique la manière de concevoir, bâtir et exploiter les réseaux optiques, en permettant de disposer de systèmes évolutifs pour répondre aux demandes significatives en bande passante actuelles, tout en étant ouverts et programmables pour assurer exactement la performance de service requise à tout moment.

Ces caractéristiques sont devenues une nécessité dans le monde à la demande en constante évolution d’aujourd’hui. Il n’est pas possible de prévoir l’impact qu’auront sur le réseau des applications qui n’ont encore été inventées, des modèles de trafic découlant d’applications de réalité virtuelle ou augmentée ou encore des milliards d’objets qui ne sont pas encore connectés, ni les implications complètes de l’évolution vers la 5G. Une certitude, cependant, dans les réseaux actuels est que la demande en bande passante en tout lieu sera dynamique et fluide, et qu’elle changera à mesure que de nouveaux appareils et de nouvelles applications sortiront sur le marché.

Il s’agit d’un nouveau monde, avec de nouvelles règles. Liquid Spectrum, c’est le réseau optique réinventé pour un monde à la demande.